Cité de la Gastronomie – Verdict

On sait que Lyon est une ville de contrastes. Mais là, c’est grave. Le verdict est tombé, la Cité de la Gastronomie sera accueilli par plusieurs villes : Tours, Paris-Rungis, Dijon. Pas Lyon ? Si, apparemment nous sommes tellement pathétiques que la mission d’évaluation a eu pitié de nous. Elle dit que Lyon « ne doit pas être exclu du dispositif ».

Que doit-on comprendre ? Car il y a de quoi ne rien comprendre. Je comprends que Lyon a perdu, mais que comme la Cité est attribuée à plusieurs villes, il faudrait aussi inclure Lyon à cause de sa culture culinaire – parce que Lyon est la capitale de la gastronomie, en réalité.

Le projet prévoit d’accueillir la Cité de la Gastronomie à l’Hôtel-Dieu, là où sont nés de nombreux Lyonnais.

Alors on se demande ce qu’il aurait fallu faire pour que Lyon remporte seule la victoire. La Cité aurait été intégrée à l’Hôtel-Dieu rénové, un très beau bâtiment. Peut-être est-ce le budget de Lyon (15M€), le plus petit budget des villes candidates, qui est desservi Lyon. En tout cas, c’est un nouvel échec pour Gérard Collomb qui n’a rien réussi à faire gagner à Lyon depuis qu’il est maire. Les Jeux Olympiques, la Capitale de la Culture et maintenant, ça ! Plus de 10 ans d’échec !

Il est temps que Collomb réfléchisse à un repositionnement stratégique de sa part pour faire progresser Lyon. Pourquoi Collomb ne garderait-il pas uniquement son poste de sénateur pour être en permanence au Sénat et ainsi se créer un réseau qui va aider Lyon dans des dossiers comme celui-ci ? Collomb a passé plus de 10 ans en tant que maire de Lyon, je ne vois pas ce qu’il pourrait faire de plus qu’il n’a déjà fait. Il est temps pour lui de changer d’air.

Quoi qu’il arrive, Lyon restera toujours la capitale de la gastronomie.

Heureusement, tout n’est pas perdu pour Lyon. En avril, les ministres feront leur choix définitif. Normalement, ils devraient suivre les recommandations de la mission d’évaluation en nommant Tours, Paris-Rungis et Dijon. Reste à savoir s’ils y ajouteront Lyon. Il se pourrait aussi que d’autres villes de France aient une Cité de la Gastronomie suivant les différentes cultures culinaires hexagonales. Il y a des raisons d’espérer.

Quoi qu’il en soit, nous savons, nous, Lyonnais, qu’elle est la vraie capitale de la gastronomie. Curnonsky a déclaré Lyon « capitale mondiale de la gastronomie » tandis que le critique culinaire allemand Jörg Zipprick a dit : « La culture gastronomique ne se mesure pas au nombre de grands restaurants, même si Lyon est très bien placée ; elle se mesure dans son quotidien, et là, il n’y a pas photo, Lyon est numéro un. »

2013, année de la mobilisation !

Affiche de Lyon 2013, capitale européenne de la culture

Certes, la Capitale européenne de la culture 2013 n’est pas Lyon mais Marseille. Ceci dit, ça ne nous empêche en aucune façon de faire de l’ombre à la Cité Phocéenne en nous mobilisant comme l’affiche de Lyon 2013 nous-y encourage. Et ce n’est pas un jury inféodé aux Jacobins  qui va empêcher Lyon d’être la capitale de quoi que ce soit. Alors mobilisons-nous pour faire de Lyon une capitale culturelle de niveau européen et mondial (et nous nous débrouillerons sans le soutien de notre « cher » maire si nécessaire).