Le nom du futur stade de l’Olympique Lyonnais

Stade des Lumières. C’est le nom que Gérard Collomb (maire de Lyon) a soufflé à Jean-Michel Aulas (président de l’Olympique Lyonnais) pour le Grand Stade dès 2007 lors de la présentation de la maquette. A cette époque, les rendus visuels montraient un toit transparent et lumineux. Il y a aussi la référence à Lyon, Ville des Lumières. Stade des Lumières lui correspondait impeccablement.

Puis en potassant le sujet, je me suis aperçu qu’il y avait au moins deux autres « Stade des Lumières » : au Portugal, l’Estadio de la Luz, stade du Benfica Lisbonne ; et en Angleterre, le Stadium of Lights, stade de Sunderland. Et le nom du futur stade de l’OL perd de son originalité. Pis encore, il semblerait que le nom n’ait été choisit que pour aspect esthétique et n’ait aucun lien avec la ville ou le stade lui-même. Le nom vidé de son essence parait bien mieux clinquant qu’à l’origine.

Un nom qui me parait meilleur est Stade des Gaules. Il n’y a aucun autre stade nommé ainsi. Ce nom fait référence au titre lyonnais de Capitale des Gaules, et à son époque glorieuse où la ville dominait la France d’alors. Bien plus prestigieux que le simple statut de ville. Quand on citera son nom, Stade des Gaules, on fera automatiquement le lien avec la Capitale des Gaules. Ce nom peut même faire une ressemblance avec Stade des « Goals »…

MàJ : Finalement le naming de notre Stade des Gaules sera probablement Groupama Arena ou Groupama Stadium.

Stadium of Lights, Sunderland

Estadio da Luz, Lisbonne

Stade des Lumières, Lyon

Résumé manif : Pas de derby sans supporters

Ce dimanche 10 novembre, Les Lyonnais ont organisé une marche pour contester la décision de la préfecture de la Loire d’interdire le déplacement des supporters lyonnais à Saint-Etienne. Petit résumé.

On était plus de 300 sur la place Bellecour. Des journalistes connus étaient présents comme Barth Ruzza, Edward Jay… Une escorte policière aussi impressionnante qu’inutile. Il y avait surtout des « Lyon 1950 ». J’ai vus un gars avec écrit « RSCA Fans ». Il y avait aussi des supporteurs du LKS Lodz, les plus cons du cortège, malheureusement, puisque deux d’entre eux se sont fait photographier avec le salut nazi, ce qui a énervé l’un des meneurs du VS (et moi aussi ).

Arrivé sur le pont de la Guillotière, les feux ont tous été allumés. Ensuite, on m’a réquisitionné pour porter un des manches de la dernière banderole (« Unis pour nos droits »). Le vent été terrible et ça a été galère pour la tenir. Et ont a fini par la ranger. Une grosse rasade, on était tout trempe. Pas mal de chants lyonnais, surtout sous les ponts ferroviaires de Jean-Macé sous lesquelles sa résonnait bien, surtout les pétards. Une série de pétards : j’étais heureux de m’être bouché les oreilles. Vers l’université, un supporteur stéphanois sur son balcon se fait massivement insulté (il se sentait en sécurité en haut chez lui ).

Je suis partis au niveau du métro Jean-Jaurès comme j’avais les jambes en compote, et le reste des supporters a rejoint le stade de Gerland.

Au final, c’était très sympa. Pas spécialement de débordement. Les ultras se sont assez bien comportés.