Origine des langues et du peuplement de la Terre

Grâce à la linguistique alliée à la génétique, il est possible d’assembler chaque morceau pour accéder à la compréhension des origines de l’humanité. Dit comme ça, ça fait très intello, mais avec une bonne explication, ça passe mieux.

A la base de cette théorie, les Basques. Ils sont l’élément déclencheur. Comment ? Avant tout, il faut expliquer la génétique et en particulier les haplogroupes. Un haplogroupe a pour origine une personne et se transmet de père en fils et de mère en fils et filles. Il caractérise ses descendants qui forment un peuple d’origine, ce qui permet de comprendre le peuplement de la terre. Ces peuples vont se séparer et se mélanger, ce qui fait qu’une nation peut avoir plusieurs haplogroupes et qu’un haplogroupe peut se retrouver en plusieurs nations. Ensuite, les langues. Parmi elle, il y a ce qu’on appelle des isolats. Ce sont des langues qui ne sont affiliées à aucun groupe de langue car aucun de ses mots n’a pu être rapproché d’une autre langue.

Alors les Basques. Les Basques sont du Haplogroupe R1b (sinon nous aurions retrouvé parmi eux un haplogroupe uniquement porté par les Basques). Les R1b sont avec les R1a le foyer du groupe de langue indo-européen. Pourtant, leur langue est un isolat. Pourquoi n’a-t-elle rien à voir avec l’indo-européen alors que ses locuteurs sont R1b ? Ça parait complètement fou.

La génétique a montré que les Basques habitent leur pays depuis les premières arrivées d’humains en Europe, donc très longtemps. C’est ce qu’il leur a permis de garder leur langue « isolée » : se séparer très tôt de leurs cousins R1b, qui parleront vite des langues indo-européennes. Mais alors pourquoi portent-ils le haplogroupe R1b plutôt que d’avoir le leur ? Tout simplement parce que les haplogroupes se forment très vite, et que s’il y a autant d’haplogroupes dans le monde (une vingtaine), c’est que son peuplement s’est fait très rapidement (sinon nous porterions tous le même haplogroupe). En quelques siècles à peine. Sur une période bien plus réduite qu’on le pense actuellement. D’ailleurs, il y a seulement besoin de considérer l’Histoire : on passe en quelques milliers d’années, de l’antiquité à la conquête spatiale ! Si le peuplement aurait été aussi long que le pensent les scientifiques, soit les Basques auraient leur propre haplogroupe, soit leur langue serait indo-européenne.

A ne pas oublier en lisant l’article :

Le basque (qui est un isolat) est un indice de la précocité de leurs locuteurs d’avec les autres R1b.

Le R1b des Basques est un indice de la vitesse de développement des haplogroupes.

La question qui se pose est : pourquoi les basques parlent-t-il un isolat alors qu’ils descendent de la même personne que les autres R1b ? Il est logique de penser qu’à l’origine toutes les langues étaient des isolats, et que c’est la fréquentation étroite de ces locuteurs qui a permis des ressemblances entre ces différents isolats, ce qui a permis de les regrouper au sein de groupes linguistiques. Donc l’indo-européen en tant que langue commune n’a jamais existé. Une autre question est alors posée : pourquoi tous ces isolats au sein d’un même haplogroupe, d’un même peuple d’origine ? Là c’est difficile de dire quoi que ce soit. Ceci dit, nous avons une explication. Il se trouve que ce qui corrobore la théorie c’est… la Bible.  La Bible dit que pour empêcher les humains de se centraliser sur Babel, Dieu a confondu les langues. C’est aussi ce qui explique la formation des groupes linguistiques : en divisant les langues, de nombreuses personnes ont pu subitement être coupées de leurs proches, de leurs amis.

D’ailleurs la Bible parle de Sumer comme étant le foyer d’origine de l’humanité. Saviez-vous que le Sumérien est un isolat linguistique ? Alors que c’est la première civilisation qu’ait porté notre planète. Comment se fait-il que ce soit un isolat alors qu’étant la première civilisation elle aurait dû fortement influencer les langues des peuples voisins ? Cet isolat s’explique aussi parfaitement par la confusion des langues.

Le tout est de s’ouvrir à ces idées qui sont basées sur des faits. Le problème est que la science est détournée au service d’une idéologie athée qui corrompt les raisonnements. Pourtant les preuves sont là, dans l’article. Cet article nécessite beaucoup d’humilité. Mais on en a tous besoin.

 

L’Humanité est constituée de nombreux haplogroupes (ici les haplogroupes paternels).

 

Comme on peut le canstater les isolats suivent le peuplement de R1b montré sur la cart ci-dessous. Les locuteurs de ces isolats sont donc R1b. D’ailleurs, les deux axes de peuplement semblent indiquer leurs origines asiatiques

 

HaplogroupR1bWorld

Publicités

3 réflexions sur “Origine des langues et du peuplement de la Terre

    • Non, vous n’êtes pas poli, vous êtes un connard. Pour qui vous prenez-vous ? Vous êtes un crétin fini.

  1. Votre réflexion m’en suscite une autre :
    « Il est logique de penser qu’à l’origine toutes les langues étaient des isolats » : C’est en fait a double sens…les branches d’haplogroups se sont développées sur des territoires isolés pour apparaître et c’est nécessairement la même chose pour chaque grande famille de grammaire encore existante de nos jours. C’est pourquoi il n’est pas absurde de faire le lien entre les deux, en particulier pour l’ADN-Y.

    Pour être plus « biblique », l’akkadien reflète nettement ses emprunts du sumérien avant de dériver vers l’assyrien ou le mésopotamien…l’araméen, langue de moindre culture, étant sans doute un retour aux sources pour les langues sémitiques.

    Le basque, quant à lui, a emprunté une bonne part de son vocabulaire et bénéficié non seulement de son isolat, mais de son histoire et de l’utilisation de cette population par les romains pour détruire les voisins en tant qu’auxiliaires privilégiés. Statut leur ayant permi d’occuper l’Aquitaine, sans néanmoins parvenir à y imposer leur langue. Langue des aquitains que l’on suppute non IE sans aucune preuve solide.
    Il n’en demeurre pas moins que le basque reste beaucoup plus proche du sumérien ( même quelques mots en commun ) qu’avec n’importe quelle langue IE. Et que les langues à grammaire agglutinante ( langues à flexions comme les langues IE, mais non « fusionnelles » ) convergent et se concentrent sur l’est de l’Eurasie, hors d’Europe, où se situent le foyer primitif des migrants de branche R1a ou R1b.
    Et d’où viennent justement ces sumériens qui sembleraient si isolés des natifs de la péninsule arabique? Peut être encore de ces R1b partis voyager a travers le vaste monde ( Il y a déjà des R1b attestés chez le voisin iranien dès 7700 BC ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s