Les origines génétiques des Lyonnais

Généralement, on considère que les Irlandais sont des Celtes, ce qu’ils sont effectivement, mis à part la côte est colonisée par les Vikings qui ont d’ailleurs construit Belfast, la capitale irlandaise et sont les géniteurs des McNeil. C’est plus simple. Alors, et les Lyonnais ? C’est beaucoup moins simple mais la génétique nous le révèle – tout comme l’Histoire.

Les haplogroupes masculins sont caractéristiques de peuples. Ils se transmettent de père en fils. (Si vous voulez connaître vos origines génétiques, je vous explique comment procéder en fin d’article.)

Le premier peuplement de la région lyonnaise s’est fait par le premier haplogroupe d’Europe I2 (évitez les jeux de mots idiots). Les I2 sont arrivés par le nord. C’était un peuple qui dressait beaucoup de menhirs, comme à Stonehenge, en Bretagne ou en Italie. Aujourd’hui, ce haplogroupe est majoritaire dans les Balkans (sauf la Grèce dominée par E, typique du continent africain).

Distribution of haplogroup I2a1 (formerly I2a) in Europe

Puis G est arrivé en remontant le Rhône.

Distribution of haplogroup G in Europe, North Africa and the Middle East

Aujourd’hui, G n’est majoritaire qu’en Géorgie. Ensuite, à la fin de l’âge du Bronze, R1b entame une grande expansion militaire dans toute l’Europe de l’ouest.

Distribution of haplogroup R1b in Europe

Cette expansion est archéologiquement identifiable. La population locale était plutôt centrée sur l’agriculture, les conquérants, plus sur l’élevage, plus patriarcaux aussi. Ensuite, vers -600, la culture d’Hallstatt s’étend à son tour de la même manière que ses ancêtres R1b, et qui sera à l’origine du Gaulois tel qu’on le connait. Ce sont les membres de cette civilisation qui, les premiers, s’installent durablement à Lyon sur la future colline de Fourvière. Nous avons donc l’habitant de base de Lyon : le Gaulois. Mais en -43, les Romains fondent Lugdunum. De nombreux Gréco-Romains et Gaulois du sud de la France vont alors monter sur la nouvelle capitale et l’accompagner dans son ascension. L’habitant de Lugdunum est un Celte qui tire génétiquement vers le sud.

Map of late Bronze Age cultures in Europe between 1200 and 1000 BCE - Eupedia

Ensuite, à la chute de l’Empire romain, les Burgondes, peuple germanique, vont s’installer à Lyon. Qui étaient-ils ? Selon toute vraisemblance, ils venaient de l’île de Bornholm, une île danoise au sud de la Suède, donc en territoire I1.

Distribution of haplogroup I1 in Europe

Ensuite, et avant de progresser vers la Gaule, les Burgondes se sont installés en Pologne, territoire slave (ou proto-slave), donc R1a. Sur la carte de ce haplogroupe c’est clairement visible.

Distribution of haplogroup R1a in Europe

Ensuite, ces deux popultions, devenues un seul peuple burgonde slavo-scandinave, se sont déplacé jusqu’au sud-est de la France. Il n’y aura plus de déplacements massifs de populations, sinon quelques migrations comme les Italiens pendant la Renaissance et le XIXe Siècle.

Donc, selon la façon de considérer les populations, nous avons deux mélanges : celto-germanique ou gallo-romano-slavo-scandinave.

Celtes :

  1. Gaulois: principalement des tribus des Ségusiaves, des Allobroges et des Ambarres qui occupaient alors le Lyonnais.
  2. Romains: principalement du sud de la France colonisé par les Romains avec une touche de Grecs.

Germaniques :

  1. Slaves: des proto-slaves de l’ouest de la Pologne.
  2. Scandinaves : probablement de l’île de Bornholm, ils se sont arrêtés dans l’est de la Pologne et mélangé aux autochtones.

La science confirme que Lyon est un carrefour génétique entre nord (Scandinaves) et sud (Romains), mais elle l’est aussi entre l’ouest (Gaulois) et l’est (Slaves), faisant de Lyon un carrefour génétique européen ; de sorte qu’un Lyonnais est… un Lyonnais ! Un mélange unique.

Votre contribution

Vous aussi vous pouvez participer à l’enrichissement du savoir sur les Lyonnais et, par la même occasion, connaître vos propres origines.

Vous pouvez passer par Geno 2.0 (de National Geographic avec plus de 822 000 échantillons !) ou 23 And Me (origines moins lointaines (4-5 siècles) mais plus précis et moins cher). Et d’autres sociétés encore comme Family Tree DNA, par exemple. Une fois fait, vous pouvez passer par le site GEDmath qui propose de nombreux modes de calcul pour connaître encore plus précisément vos origines.

Mettez en commentaire ce que vous avez appris sur vous. 🙂

Publicités

Une réflexion sur “Les origines génétiques des Lyonnais

  1. Pingback: Lyon, authentique capitale de France et berceau de l’Europe | Le Lyonniste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s